Manuvie CoverMe

Témoignage : En tant que couple

Bernard et Julie Mackenzie

Bernard et Julie sont un couple marié dans la mi-trentaine. Ils paient un loyer mensuel de 1 350 $ et ont un revenu annuel combiné de 76 000 $. Ils déposent chacun 400 $ par mois dans leur compte d'épargne conjoint et ont accumulé 18 000 $ jusqu'à ce jour. Leurs dettes combinées comprennent un prêt étudiant de 7 000 $ et un prêt-auto de 19 000 $. Ils possèdent deux voitures et sont capables de se payer un style de vie actif tout en mettant de l'argent de côté chaque mois.

Ils ont l'intention d'utiliser leurs économies pour verser un acompte sur une maison et ils veulent avoir des enfants une fois qu'ils seront installés dans leur nouvelle demeure.

Bernard : Julie et moi avons vécu ensemble pendant quelques années avant de nous marier. À bien des égards, le mariage n'a pas changé grand-chose à notre vie. Toutefois, le fait d'être mariés nous a certainement encouragés à planifier sérieusement notre avenir. À ce stade de notre vie, nos responsabilités ne sont pas énormes – mais nous voulons être certains de ne pas vivre de cauchemar financier si quelque chose devait arriver à Julie ou à moi.

Julie : En faisant quelques calculs, nous nous sommes aperçu rapidement que si l'un de nous deux mourait sans assurance-vie, l'autre se retrouverait dans une situation très difficile.

Mon revenu, par exemple, arriverait à peine à couvrir le loyer et les frais de subsistance. Je ne pourrais certainement pas rembourser nos emprunts sans l'aide de Bernard.

Bernard : Donc, nous savions que nous avions absolument besoin d'assurance-vie. Nous avons calculé qu'il nous faudrait une assurance d'au moins 250 000 $ si je décédais en premier. Julie devrait avoir une assurance de 175 000 $ pour me protéger.

Ensuite, nous devions déterminer le type d'assurance-vie qui répondrait le mieux à nos besoins – Une assurance-vie entière? Ou une assurance-vie temporaire? Nous avons découvert qu'il y avait de nombreuses possibilités! Et que plusieurs pouvaient être très compliquées.

Après avoir fait des recherches en ligne, nous avons décidé de souscrire une assurance-vie temporaire pour chacun de nous. Ce type d'assurance représentait le choix le plus souple et le plus abordable à ce stade de notre vie. Nous pourrions ainsi commencer avec des montants d'assurance peu élevés et les rajuster lorsque nous achèterions notre maison et que nous commencerions à avoir des enfants.

Julie : Je ne peux même pas m'imaginer perdre Bernard. Serais-je capable de travailler? Je ne sais pas. Je sais, cependant, que le fait d'avoir planifié afin de parer aux pires éventualités m'a rassurée quelque peu face à l'avenir.